zen soyons zen

11/09/2020

Ce que cette légende nous enseigne... 

On peut être parfois animé par les meilleures intentions, avec une envie profonde de vouloir grandir. On peut sentir en soi une passion dévorante pour la découverte du sens de notre vie. C'est quelque chose de sain et de très honorable. Ce pendant, toutes ces choses perdent leur raison d'être si elles vous enferment dans une cage faite de vos convictions et vos certitudes. 

La beauté qui existe dans la recherche philosophique de votre existence, réside précisément dans ces mots de Socrate : " La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien". La quête d'une certaine éveille ne doit jamais s'enorgueillir, ne doit jamais donner à son explorateur un sentiment de supériorité.

Cette fable nous dessine aussi les contours d'un des plus grands défauts de la nature humaine. Lorsqu'on est convaincu de détenir une certaine forme de connaissance, on est moins ouvert à l'écoute de celle des autres ! Il faut être capable de taire sa propre vérité, si on veut être en mesure d'apprendre de la part des autres ! 

Être capable d'apprendre, c'est avant tout, être capable d'écouter. Celui qui parle apprend bien moins de choses que celui qui écoute.